Liliana Segre. Peut-être ce nom ne dit-il pas grand-chose au public français. Eh bien, Mme Liliana Segre est une sénatrice italienne âgée de quatre-vingt-neuf ans. Née en septembre 1930, elle en avait treize lorsqu’en janvier 1944 le train plombé parti de la Station centrale de Milan la porta jusqu’au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau. Elle fut une des rares enfants italiens de moins de quatorze ans qui survécurent à la déportation.

Si sa photo figure ces jours-ci à la une de tous les journaux italiens, c’est parce que, nonobstant son grand âge, la sénatrice reçoit chaque jour, via des blogs d’adversaires politiques et ce qu’on appelle les « réseaux sociaux » (les Italiens, aussi friands que nous de ridicules anglicismes, les appellent « i social »), plus de deux cents messages de menaces et d’insultes pour son combat contre les néofascistes, son inlassable rappel des persécutions totalitaires du siècle dernier. La violence des attaques qu’elle subit a conduit le gouvernement à la mettre sous protection de la police. Désormais, cette très vieille dame ne se déplace qu’escortée par des carabiniers gardes du corps, tel le jeune Saviano, journaliste spécialisé dans les enquêtes sur la mafia.

Ici, les insultes et les menaces mafieuses ; là, les menaces et les insultes antisémites. Certes, l’âge de Mme Liliana Segre rend la situation particulièrement choquante. Je dirais même plus : ahurissante. Cependant, ce qu’il faut, une nouvelle fois, noter est le rôle délétère que joue Internet en permettant à des imbéciles incultes, à des fanatiques qui ont un pois chiche à la place du cerveau de se constituer en tribunal, de distribuer les bons et les mauvais points, de mettre au pilori toute personne qui leur déplaît, de souhaiter publiquement sa mort.

Nos contemporains deviennent des voyeurs pornographes

En 1990, c’était avant l’invention des nauséabonds « réseaux sociaux », la revue Globe avait consacré un dossier à l’antisémitisme. Le lisant, j’avais été frappé par la similitude du vocabulaire utilisé par les antisémites et les néo-inquisiteurs de l’ordre moral qui – une mode venue d’outre-Atlantique – commençaient à nous expliquer qui nous avions le droit d’aimer, ce qu’il nous était permis d’écrire, et surtout qui nous n’avions pas le droit d’aimer, ce qu’il nous était interdit d’écrire sous peine d’excommunication. On y trouvait les mêmes ingrédients : la haine, la jalousie, la caricature destinée à rendre l’adversaire odieux, à le détruire.

J’en fis la remarque à Philippe Sollers qui m’avait alors cité ce mot révélateur d’Hitler : « L’antisémitisme est la seule forme de pornographie qui soit autorisée dans le IIIe Reich. »

Le lynchage médiatique, qu’il atteigne une respectable sénatrice italienne, un fameux cinéaste new-yorkais ou n’importe lequel d’entre nous, est en effet la forme la plus vulgaire de la pornographie. Nos contemporains, chaque jour davantage, deviennent des voyeurs pornographes, des justiciers pornographes. Si nous n’ouvrons pas grand les fenêtres, l’atmosphère va vite devenir irrespirable.